Jeudi 14 Novembre 2019

Biodiversité des inselbergs et montagnes

  • Imprimer cette rubrique
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Les inselbergs (affleurements rocheux en forme de dôme qui se démarquent de manière abrupte du paysage environnant) et les montagnes constituent des écosystèmes qui attirent nombre de touristes. Les inselbergs sont retrouvés au centre-Bénin (Savè, Dassa) alors que la zone montagneuse se retrouve au Nord-Ouest du pays avec la chaine de l’Atacor dont l’altitude par rapport au niveau de la mer est comprise entre 300 et 650 m.

Au Bénin, les collines et montagnes ont fait l’objet de peu d’études en comparaison avec les

écosystèmes sur terre ferme. Les travaux approfondis réalisés sont ceux de Oumorou (2003),

Porembski & Korte (2010), Wala & Sinsin (2010). D’après ces travaux, la richesse spécifique des inselbergs au Bénin est estimée à 395 espèces (14 % de la flore) dont aucune endémique et avec comme espèces caractéristiques, Afrotrilepis pilosa. Au point de vue biogéographique, on observe une prépondérance des espèces largement distribuées sur le continent africain. Seules quelques espèces comme Encephalartos barteri, possèdent des aires de distribution réduites et ne se développent que très rarement en dehors du Bénin. Sur la chaîne de l’Atacora, 663 espèces (107 familles et 385 genres) ont été relevées. Cet effectif est composé de 123 espèces ligneuses et représente 23 % du nombre total d’espèces recensées dans la flore du Bénin. Pour les deux écosystèmes, les familles les plus représentées sont les Poaceae, les Fabaceae et les Rubiaceae.

Quatre nouvelles signalisations pour la flore du Bénin y ont été faites : Terminalia brownii

(Combretaceae), Commiphora pedunculata (Burseraceae), Actiniopteris radiata (Pteridaceae) et Arthaxon lancifolius (Poaceae), avec des relevées sur des sites rocheux. Les principales

formations boisées discriminées sont : les forêts galeries, les forêts sèches, les forêts claires, les savanes boisées, arborées et arbustives et les parcs arborés (champs et jachères), mais les galeries forestières sont les plus denses (732 ± 222,4 tiges/ha) et les plus diversifiées (43 espèces ligneuses). Une analyse comparée indique bien que la diversité floristique est plus importante dans les zones de montagnes qu’au niveau des inselbergs.

biodiversite_des_inselbergs_et_montagnes

Revenir en haut